Les ingénieurs et les scientifiques
de la région Île-de-France
 
 
 
 
 

“Ingénieur et scientifique en entreprise : horizon 2040”, la video de conclusion du colloque organisé par l’IESF et l’Université de Paris Actualités “Ingénieur et scientifique en entreprise : horizon 2040”, retour sur le colloque organisé par l’IESF et l’Université de Paris

Les IPF de l'Ile de France ; Restaurons Notre Dame
 

Pascal Jacob, IPF, charpentier & entrepreneur

Président de l’association Française « Restaurons Notre -Dame »

Vice-Président de l’Association Française des Eaux & Forêts, reconnue d’utilité publique

Président de la Société STRATER (Paris),

cabinet spécialisé en conseils stratégiques forêt-bois-construction

Président de la Société ELYSEES MOGADOR (Paris),

spécialisée en administration de plateformes digitales

Fondateur & ancien dirigeant du Groupe JACOB-POBI, un des leaders français

de la construction bois

 

 

Patrick RIVIERE

Ingénieur IPF en bâtiment

Expert de Justice en techniques du toit

Près la Cour d’Appel de Paris

et Près les Cours  Administratives d’Appel de 

Paris et Versailles

Président de la SR IPF idf

Membre au sein de la commission technique d’ingénierie bois

 et d’expertise toiture, de l’association Française

 Restaurons Notre -Dame

 

Notre Dame                               

 

Au lendemain de l’énorme incendie de Notre-Dame de Paris, des 15 et 16 avril 2019 et devant l’émotion et la stupeur suscitées par une catastrophe de cette ampleur, sans précédent dans l’histoire contemporaine de la France et de l’Europe, la filière forêt-bois ne pouvait rester sans réaction. Les dimensions si imposantes de la cathédrale et la destruction si massive de la charpente bois et de sa flèche présentent des caractéristiques communes : l’architecture médiévale, le patrimoine culturel, la technologie constructive complexe ainsi que la dimension internationale de l’évènement. Les défis liés à la reconstruction sont nombreux : le temps nécessaire à la consolidation de l’ouvrage et à sa sauvegarde, au diagnostic, à la conception, à la reconstruction, à l’arbitrage sur la solution retenue, aux choix des intervenants, au planning, aux coûts de la rénovation et enfin à la concrétisation ou non des promesses de dons et de mécénat.

 

Dans ce contexte et constatant le risque réel que cette charpente médiévale unique au monde pourrait ne pas être reconstruite en bois, Pascal JACOB, ingénieur IPF bois (depuis 1989), charpentier et entrepreneur depuis 37 ans, a réuni autour de lui plusieurs personnalités du monde de la filière forêt-bois française et internationale et a fondé, le 20 juin 2019, « Restaurons Notre-Dame », l’Association Française pour la restauration de la charpente bois de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

 

 

Ses membres sont issus de toutes les composantes de la construction en général, de la conservation, de la restauration de monuments historiques, de la forêt, des charpentes et des structures en bois et de la toiture (conservateurs, architectes, experts du patrimoine, scientifiques, ingénieurs, universitaires, chercheurs, forestiers, entrepreneurs, compagnons). Elle compte également parmi ses membres des associations, des institutions représentant la filière forêt-bois, des écoles, des grandes écoles, des universités, des centres de recherches, et des sociétés issues du monde de la construction, de la restauration, de l'ingénierie, de la modélisation numérique 3D et BiM. Elle est ouverte à toutes les personnes, physiques ou morales, désirant soutenir son action. 

 

L’association « Restaurons Notre-Dame » défend la réalisation d’une charpente en chêne massif issu des forêts françaises. Elle préconise également une restauration, dans la mesure du possible, identique à la charpente d’origine, par des procédés de conception et de fabrication actuels. Néanmoins, sa restauration sera inévitablement conditionnée par plusieurs paramètres inconnus à ce jour et notamment, les résultats du diagnostic en cours de la cathédrale, ses capacités réelles de portance, les choix architecturaux futurs (géométrie, volume, accessibilité du public ou non), ainsi que la forme, le poids et la fonction de la nouvelle flèche. L’association « Restaurons Notre-Dame » démontrera qu’une nouvelle charpente réalisée en chêne sera en mesure de répondre à l’ensemble de ces contraintes dimensionnelles, techniques et architecturales qui seront imposées dans le projet de restauration.

 

L’intégralité de l’ingénierie française bois est partie prenante au sein de l’association et s’est mobilisée en  « Commission technique d’ingénierie bois et d’expertise toiture ». Cette commission est pilotée par IBC (Ingénierie Bois construction) regroupant l’ensemble des BET Structure Bois en France, sous la présidence de Bernard Benoit, ingénieur-expert structure bois,  et dans laquelle Patrick Rivière, Président de la SRIPF IDF est membre. En participant aux recherches d’ensemble de la reconstruction, la commission technique se propose d’apporter, pour le bois et la future toiture, à l’établissement public, aux maitres d’ouvrages, à l’avancement du dossier, son expertise, ses propositions de construction, depuis leurs genèses, jusqu’aux décisions de leur réalisation, ses avis et expertises techniques motivées sur tous les principes de conception et réalisation et, enfin, son impartialité et son respect de l’éthique professionnelle.

 

La «  Commission Ressource forestière » constitue la seconde commission de travail de l’association. Elle est présidée par Geneviève Rey, Ingénieure Générale des Ponts, des Eaux et des Forêts. Elle est composée de spécialistes de la forêt et du bois, d’universitaires, de propriétaires forestiers, d’élus territoriaux, de représentants associatifs. Elle travaille en suivant le fil rouge : « la chênaie française derrière la « forêt » de Notre Dame » et selon trois axes : Une mise en perspective à travers une synthèse des données statistiques de référence pour caractériser la ressource en chêne en France, un éclairage sur l’évolution entre XIIe et XXIe siècle au regard des pratiques de gestion forestière et de l’évolution des technologies du bois et, enfin, un retour d’expérience sur l’aventure de l’Hermione, chantier de reconstitution d’une frégate à trois-mâts du XVIIIe siècle. Elle travaille également sur « Les idées reçues et les controverses, en particulier, la part du feu ». Au-delà des aspects rationnels (quantitatifs et qualitatifs), la commission s’attache à analyser la vague qui a mêlé l’émotion soulevée par l’incendie aux interrogations sur l’état de la planète pour raviver des inquiétudes à l’égard de ce patrimoine forestier « naturel » : il n’y aurait pas assez de bois, on allait raser des forêts entières, abattre les plus vieux chênes... et à y apporter des réponses.

 

 

 

 

 

 

Enfin, la Commission « Patrimoine mondial, Culture & Art de la Pierre et du Bois » constitue la 3ème commission de travail. Elle est présidée par Alain Hays, Expert international Green Building & Building Heritage (GBBH) et architecte DPLG. Elle se veut un think tank, un espace de réflexion transversale autour de la conservation et de la « restauration-reconstruction » de la cathédrale Notre-Dame de Paris (qui profite en particulier des apports des autres commissions et les met en valeur quand besoin est). Elle est constituée d’un observatoire de l’actualité et de l’évolution des pensées et des décisions dans le processus de consolidation, restauration et reconstruction de Notre-Dame de Paris. Enfin, elle a aussi un rôle de lobby pour une véritable restauration-reconstruction de Notre-Dame de Paris et par conséquent de l’usage du bois, matériau originaire de la Cathédrale. Elle sert également de base de données et de base documentaire (chartes, textes fondamentaux, acteurs, etc.) utiles à tous les membres des différentes commissions.

 

Pour supporter une toiture noble et respectueuse des techniques séculaires, la réalisation de couverture en plomb sur une charpente en bois est totalement adaptée.

 

Le plomb, présente des critères exceptionnels de mise en œuvre, sa malléabilité lui permet d’épouser les formes les plus complexes, avec si besoin des jonctions par soudures à la baguette étain plomb ou par soudure autogène, plus difficile mais plus esthétique et plus solide.

Sa résistance aux agressions atmosphériques urbaines ou autre lui confère une durabilité

 

Les couvreurs qualifiés, connaissent les règles d’or de la mise en œuvre du plomb en couverture, nous avons en France des entreprises et du personnel qualifié aptes à ce type de réalisation de monuments historiques.

 

La mise en œuvre de ce matériau aux qualités exceptionnelles de longévité est décrite dans les normes et DTU 40-46, c’est donc un matériau de technique traditionnelle.

 

L’outillage n’a pas changé depuis l’origine des couvertures en plomb, certains outils, tels que les battes ou les boursaults, les maillets étaient à l’origine en buis, maintenant ils existent également en matière PVC.

 

Le plomb est toujours couramment utilisé pour couvrir les sols des balcons, en particulier dans Paris.

 

La technique particulière d’emploi de la feuille de plomb sur les ornementations est une garantie de protection des sculptures et ouvrages spécifiques.

Le traitement des embases de pieds de garde-corps ou autres points de pénétration est effectué à la louche avec de l’étain et du plomb en fusion.

 

Nos anciens ne s’étaient pas trompés pour réaliser la couverture de ces ouvrages et des formes architecturales particulières, ils avaient, sur ce site d’exception, utilisé le plomb !

 

Le 24 octobre 2019, l’association « Restaurons Notre-Dame » a présenté à la Mairie du 4ème arrondissement de Paris, devant 120 personnes, son organisation,  et son parrain officiel :

Yann ARTHUS BERTRAND.

 

 

 

 

RESTAURONS NOTRE-DAME

Maison des association, Bal N°118 – 5, Rue Perrée 75003 F-PARIS

  www.restauronsnotredame.org - contact@restauronsnotredame.fr

 

 

 

Retour

 

Partenaires

Alumni EIDD
Alumni EIDD
Association Nationale des Docteurs
Association Nationale des Docteurs